La divination est la pratique occulte et métaphysique de découvrir ce qui est inconnu

La divination est la pratique occulte et métaphysique de découvrir ce qui est inconnu : l’avenir, le caché, le passé, les trésors, les maladies invisibles, les secrets, les mystères, etc. et cela par des moyens non rationnels. Qu’il s’agisse de la parole oraculaire ou de la voyance, ceux qui la pratiquent auraient accès à une connaissance paranormale de données normalement inconnues telles que l’avenir (précognition) ou le caché (cryptesthésie).

 

Elle utilise des arts divinatoires : procédés spontanés ou codifiés (oniromancie), traditionnels (géomancie, Ifa, Yi Jing) ou modernes (runes), populaires (cartomancie) ou savants (astrologie indienne), partie intégrante d’une religion (Oracle grec, Rishi).

 

Depuis Posidonios et Cicéron qui a traité du sujet dans son ouvrage De divinatione, on distingue deux formes de divination : la voyance et la mantique, toutes deux étant des arts du pronostic, mais par des moyens différents. La voyance est naturelle, intuitive, spontanée, et la mantique inductive, analytique.

Platon observe l’art divinatoire dans ses deux grandes formes, soit divine et délirante, soit humaine et raisonnée (teknikê) :

 

« [Divination intuitive, délire mantique] La prophétesse de Delphes, les prêtresses de Dodone ont, et justement quand elles sont en proie au délire (mania), rendu à la Grèce nombre de beaux services… Si nous devions parler de la Sibylle, de tous ceux qui, usant d’une divination inspirée, ont donné à nombre de gens, par nombre de prédictions, la droite direction en vue de leur avenir, nous allongerions inutilement notre propos… [Divination raisonnée] À preuve encore est cet autre art, qui est un art des gens ayant leur bon sens et l’employant à scruter l’avenir au moyen des oiseaux et des autres signes, les Anciens considérant qu’au moyen de la réflexion on procure ainsi à la croyance des hommes sagacité et information… Le délire, au témoignage de l’Antiquité, est une chose plus belle que le bon sens : le délire qui vient d’un dieu, qu’un bon sens dont l’origine est humaine. »

 

— Phèdre, 244

 

Cicéron donne le texte canonique sur la distinction entre divination intuitive et divination inductive :

 

« Il y a deux sortes de divination, l’une relève d’un art qui a ses règles fixes, l’autre ne doit rien qu’à la nature. Mais quelle est la nation, quelle est la cité, dont la conduite n’a pas été influencée par les prédictions qu’autorisent l’examen des entrailles et l’interprétation raisonnée des prodiges ou celle des éclairs soudains, le vol et le cri des oiseaux, l’observation des astres, les sorts ? – ce sont là, ou peu s’en faut, les procédés de l’art divinatoire – quelle est celle que n’ont point émue les songes ou les inspirations prophétiques? – on tient pour naturelles ces manifestations. Et j’estime qu’il faut considérer la façon dont les choses ont tourné plutôt que s’attacher à la recherche d’une explication. On ne peut méconnaître en effet l’existence d’une puissance naturelle annonciatrice de l’avenir, que de longues observations soient nécessaires pour comprendre ses avertissements ou qu’elle agisse en animant d’un souffle divin quelque homme doué à cet effet. »

 

— De la divination, I, 6