druide a donné lieu à plusieurs interprétations

druide

Il existe deux explications au mot « druide » : Celle de Pline, pour qui il serait issu du mot gaulois « derw » signifiant chêne, le druide devenant « l’homme du chêne ». Celle de Mme Le Roux, dans les racines sanscrites « dru » signifiant dru et « vid » signifiant savoir, les druides désignant les hommes très savants.


druide

Le nom de « druide » a donné lieu à plusieurs interprétations. La plus connue est celle qui provient de Pline l’Ancien et rapproche le nom des druides du nom du chêne (en grec : δρυς).

Il semble plutôt qu’il faille rapprocher le nom de la racine *weid préfixée par un intensif, ce qui donnerait le sens de « très savants ». Il semblerait que les druides aient d’abord été des « Sages », comme les grands philosophes présocratiques. Dion de Pruse (30-116 de notre ère) indique qu’ils étaient versés dans l’art divinatoire.

Les Druides sont aussi des théologiens qui connaissent la nature des dieux : c’est en cela qu’ils sont liés à la religion. Mais leurs connaissances sont bien plus importantes : ils étaient les dépositaires de toute la connaissance de leur temps ; il fallait vingt années pour transmettre ces connaissances aux disciples.

Quant aux diverses fonctions que leur attribue César : éducation, justice et organisateurs du culte, ils les auraient assumées progressivement à partir du 5e siècle avant notre ère pour atteindre l’apogée de leur pouvoir vers le 2e siècle. C’est alors que leur rôle apparaît également social et politique. C’est l’époque, semble-t-il où existent les grandes assemblées comme celle qui se réunit dans la forêt des Carnutes : ils permettent une certaine unité des peuples gaulois.

Pourtant leur pouvoir semble s’atténuer entre la fin du 2e siècle et la conquête romaine.

Les Bardes et les Devins

 

Les Bardes apparaissent comme très importants dans la société gauloise : ils étaient des chantres sacrés, qui connaissaient les hymnes aux dieux et diffusaient les mythes. Leur rôle cependant se serait affaibli.

Les Vates sont dits « hieropoioi », fabricants de sacré. Ils sont également les interprètes de la volonté des dieux, grâce à leur art divinatoire.