Pyromancie

Pyromancie

Pyromancie outil

 

Pratique ancestrale utilisée depuis la nuit des temps, la Pyromancie est un art divinatoire qui compose avec la force d’un élément de la nature.

L’astucieux Prométhée se rendit dans l’île de Lemnos, où se trouvaient les forges d’Héphaïstos, et il y déroba une parcelle du feu sans se faire voir. Il l’enferma dans une férule et retourna sur la terre. Puis il donna le feu aux hommes. Bien entendu quand Zeus apprit que Prométhée s’était une nouvelle fois joué de lui, il jura de se venger aussi bien contre le voleur que contre les hommes qu’il protégeait.

 

 La divination par le feu.

Elle consiste à observer les flammes d’un feu, et d’en interpréter les formes changeantes.

Il y avait plusieurs interprétations selon la nature de la flamme :

Si la flamme était réunie et ne formait qu’une seule pointe, on augurait bien de l’événement sur lequel on consultait.

Si elle se partageait en deux c’était bon signe mais si elle formait trois pointes, c’était le présage le plus favorable.

Si elle s’écartait à droite ou à gauche, c’était signe de mort pour un malade, ou de maladie pour ceux qui n’en étaient pas encore attaqué.

Si elle pétillait cela annoncer des malheurs, et son extinction les dangers les plus affreux.

 

Pyromancie avec les bougies

Petit rappel, avant d’en dire plus, il ne faudra jamais éteindre la bougie en soufflant dessus, mais plutôt utiliser un éteignoir, on pourra aussi utiliser une cuillère, ou même l’éteindre en humidifiant ses doigts et en pinçant délicatement la flamme (attention à ne pas se bruler !). La pyromancie ne doit pas être confondu avec la lychnomancie. La lychnomancie est la lecture dans les mouvements de la flamme, les couleurs de la flamme ainsi que de sa taille.

La pyromancie est une scrutation, c’est véritablement se plonger dans la flamme. C’est un exercice assez dur ; tout comme avec une boule de cristal il demande de la pratique et une concentration maximale afin d’obtenir de bons résultats. Il peut être intéressant de travailler lychnomancie et pyromancie en même temps surtout dans la phase d’apprentissage afin

 D’affiner cette lecture dans la flamme.

La bougie ne doit pas avoir déjà été utilisée avant pour une fonction autre que celle de la pyromancie. Dans le cas contraire, il est nécessaire de prendre une bougie neuve.

 Elle doit de préférence être en cire d’abeilles et non parfumée chimiquement.

De la couleur de la bougie va dépendre la direction de la question posée :

Bougie rouge : question portant sur la vitalité, le développement de la chance, la vie.

Bougie bleue : chance, succès, guérison, développement spirituel, domaine professionnel. Elle sert également de protection occulte.

Bougie verte : domaine amical et relationnel, prospérité, fertilité.

Bougie violette : victoires, développement personnel.

Bougie noire : revanches, châtiments. Elle sert également pour la communication avec les défunts.

Bougie orange : domaine de la santé, succès.

Bougie jaune : développement de l’intellect, argent.

Bougie blanche : balayage des mauvaises influences, développement du psychisme.

Bougie rose : bonheur, amour.

Il faut veiller à ce que la bougie soit bien stable.

La flamme doit se trouver au niveau du visage, il faut alors la surélever.

L’idéal est de la poser sur un candélabre ou un bougeoir, sans oublier de vérifier qu’aucun courant d’air ne soit susceptible de fausser la séance.

La question qui va être posée nécessite de la concentration et doit-être formulée de manière simple et directe.

Elle sera notée sur une feuille vierge de couleur blanche puis glissée sous le bougeoir.

Il est fortement recommandé d’imprégner la bougie d’huile de santal, ou à défaut, d’huile d’olive vierge, en commençant l’opération du milieu vers le haut, et ensuite du milieu vers le bas.

 

Observation des flammes

 

Si la flamme reste fixe : la réponse à la question est positive.

Si elle s’éteint seule : le présage est négatif. Cela figure tristesse ou ennuis.

Si elle tremble ou crépite : la déception est là, le malheur et la tristesse également.

Si elle est courte : les nouvelles sont bonnes.

Si la flamme grandit d’un coup : c’est un bon présage. La réponse est positive.

Si elle se réduit d’un coup ou est prête de « s’étouffer » : la réponse est négative.

Si la flamme se divise en deux : le présage est de très bon augure.