Pythie de Delphes tirage gratuit de L’Oracle de la Pythie



Pythie

Le choix d’une Pythie

Pythie

La Pythie était choisie avec soin par les prêtres de Delphes, qui étaient eux-mêmes préposés à l’interprétation ou à la rédaction de ses oracles.

On voulait qu’elle fût née légitimement, qu’elle eût été élevée simplement et que cette simplicité parût dans ses habits.

Elle devait être vierge ou du moins, dès sa désignation, vivre dans la chasteté et la solitude comme épouse du dieu.

On la cherchait de préférence dans une mai­son pauvre où elle eût vécu dans une ignorance de toutes choses, pourvu qu’elle sût parler et répéter ce que le dieu lui énonçait.

Si dans les temps archaïques la tradition établit que la Pythie était une jeune vierge, symbole de pureté, il apparaît que ce critère fut peu à peu délaissé au profit de la sélection d’une femme de tout âge et de tout statut marital, du moment qu’elle était modèle de chasteté.

 

Plutarque, qui fut prêtre d’Apollon à Delphes de 105 à 126 ap. J.-C., évoque ces règles plus récentes dans le choix d’une Pythie

« La Pythie […] sort d’une des familles les plus honnêtes et les plus respectables qui soient ici et elle a toujours mené une vie irréprochable mais […] elle n’apporte avec elle, en descendant dans le lieu prophétique, aucune parcelle d’art ou de quelque autre connaissance ; […] c’est vraiment avec une âme vierge qu’elle s’approche du dieu. »

oracles

Pour répondre à l’affluence des consultants, il y eut jusqu’à trois Pythies officiant en même temps (deux titulaires et une suppléante) dans le sanctuaire de Delphes.

 

La consultation de l’oracle

À l’origine, la Pythie rend ses oracles une fois par an, le 7 du mois de Bysios, jour anniversaire de la naissance d’Apollon.

À l’époque classique, les consultations sont mensuelles et ont toujours lieu le 7.

 

La Pythie se tient dans l’adyton du temple, assise sur un trépied au-dessus du gouffre duquel s’échappent les exhalaisons prophétiques d’Apollon, le pneuma.

Cachée aux yeux des consultants, elle tombe en état de transe, comme possédée par le dieu.

 

Ses oracles sont incompréhensibles pour le commun des mortels, et doivent être interprétés par des prêtres qualifiés, présents à la consultation, qui remettent ensuite au consultant une réponse écrite.

Pythie