Scapulomancie

Scapulomancie

Scapulomancie

La scapulomancie, ou spatulomancie , autrefois appelée omoplatoscopie, est une forme d’ostéomancie qui consiste en la divination par l’examen d’omoplates d’animaux, et par extension d’autres parties osseuses plates comme les plastrons de carapace de tortue (pour lesquels existe le terme plastromancie, assez peu utilisé). Elle fut pratiquée dans de nombreux endroits du monde : Europe, Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient, Nord-Est asiatique et Amérique du Nord. Souvent, l’omoplate était soumise au feu ou au contact d’un objet chauffé, et l’on observait l’aspect des craquelures ainsi causées ; on parle de pyroscapulomancie, une forme de pyromancie.

scapulomancie de.wikipedia

scapulomancie de.wikipedia

Une des formes les plus connues de scapulomancie  plastromancie est celle pratiquée en Chine, en particulier sous la dynastie Shang (1765-1122 av. J.-C.), où elle est liée à l’invention des caractères et à l’apparition de la première forme certaine d’écriture chinoise, les jiǎgǔwén (甲骨文) ou écriture ossécaille,

littéralement « écriture sur carapace et os ».

 

scapulomancie

de.wikipedia

Les parties osseuses utilisées semblent avoir été tout d’abord des omoplates de bœuf, puis de plus en plus souvent des carapaces de tortue, fragments de carapace dorsale obtenus par sciage ou plastrons ventraux. L’aspect symbolique de la tortue qui porterait sur son dos une représentation du monde ou des bagua, mentionné dès la fin des Zhou, a pu jouer. Occasionnellement, les supports provenaient d’autres os ou animaux, comme le mouton, le porc ou le cerf ; on a même retrouvé des fragments de crâne humain.

 

La méthode utilisée

 

La pratique de la scapulomancie répondait à un rituel effectué par le devin, qui, après avoir percé l’omoplate de l’animal de petits trous, lui appliquait ensuite un tison brûlant.

Cette technique faisait apparaître de l’autre côté de la plaque d’os des craquelures diverses dont le devin faisait alors l’interprétation, après avoir nettoyé la chair et le sang dont l’omoplate était souillée.

La date de la divination, la question posée, le nom du devin et la réponse des ancêtres étaient inscrits sur l’omoplate après qu’elle soit passée au feu.

Lorsque les prédictions se réalisaient, les omoplates et les carapaces qui avaient servi à la divination étaient méticuleusement conservées dans les archives officielles.