MAISON-DIEU arcane 16 école de voyance Pierre Horn cours de tarot suite

Le grimoire des sortilège et rituel initiation magie wiccaMAISON-DIEU

OPTIQUE « INITIATIQUE »

“Quiconque s’élève sera abaissé, et quiconque s’abaisse sera élevé”

Luc ( XIV, 11)

MAISON-DIEU

Presque toutes les personnes qui consultent le Tarot ressentent un véritable malaise devant la MAISON-DIEU, synonyme d’écroulement, de catastrophe, d’effondrement qu’elles ne peuvent pas, pensent-elles, juguler.

Cet arcane comporte en fait un enseignement profond comme nous allons le démontrer.

Ne nous y trompons pas, la MAISON-DIEU lutte contre toutes les constructions, les systèmes philosophiques, intellectuels, religieux, contre tous les dogmes et tous les sectarismes, puisqu’elle est l’arcane de la croissance.

Ici, il s’agit d’évoluer, de croître et non pas de se figer dans l’espace et dans le temps.

On songe au Bouddha dont la grande leçon est l’impermanence des choses et des êtres.

Nous figeons l’univers, nous figeons le monde par peur de le perdre et de nous perdre, et c’est aussi de cette manière que nous le perdons réellement.

Dans toutes les mythologies, l’endroit où Dieu frappe avec la foudre est sacré et l’homme foudroyé est consacré.

Ici, Dieu frappe la couronne, la tête, il frappe le mental car il s’agit d’ouvrir le cœur, comme le prouvent les trois fenêtres (les deux yeux plus le troisième œil situé entre les sourcils), par l’ouverture des sens.

La MAISON-DIEU évoque également la tour de Babel qui apporte la confusion des langues et des races et qui doit être détruite car elle est l’œuvre de l’ignorance et non pas de la connaissance et de la sagesse.

De chaque côté de la tour, tombent ou restent en suspension trente-sept sphéroïdes, dont treize rouges, treize blanches et onze bleues.

Les trois signes fondamentaux de l’énergie sont visibles au travers de ces trois couleurs : rouge, amour et vigueur; bleu, sagesse et passivité; blanc, spiritualité, lumière et pureté.

La MAISON-DIEU porte le nombre XVI, carré de quatre (4 X 4 = 16).

Le chiffre « quatre » est symbolisé, dans le Tarot, par l’Empereur qui règne sur le monde terrestre.

Le nombre 16 est donc le déploiement de ce quatre, la matière qui s’épaissit et dont il devient de plus en plus difficile de se libérer.

Jacob Boehme désigne par ce nombre l’abîme opposé au Nirvana, et si on le considère comme le double de chiffre 8, il devient alors la multiplication pour l’être des cycles de vicissitude et de renaissance.

16 ne serait-il pas le symbole d’une purification par l’épreuve, par la douleur ?

L’homme assume son karma, car n’oublions pas que le nombre 16, divisible par 1, 2 4, 8, a pour valeur secrète le 15, qui est l’arcane du Diable : n’est-il pas là pour détruire ?

Selon Jérémie, le Dieu créateur du monde est présenté comme le dieu du tonnerre et des éclairs. Thor chez les Viking, l’Oiseau Tonnerre chez les Amérindiens…

L’éclair est un signe de puissance et de force qui manifeste une énergie équilibrante.

Mais il est aussi signe de fécondité, tout comme il est symbole d’illumination ou d’intuition soudaine.

Si LA MAISON-DIEU est le signe d’un avertissement, d’une crise, d’un écroulement de l’être, elle est aussi les prémices d’une découverte.

MAISON-DIEU

LA MAISON-DIEU ET SES COMPLICES (LE CHARIOT, LA FORCE ET LE DIABLE) 

LE CHARIOT, LA FORCE ET LE DIABLE représentent une suite d’étape qui prépare au choc que fera subir LA MAISON-DIEU, l’aboutissement d’un cycle d’évolution.

L’aboutissement d’un cycle propulse l’humain vers un nouveau cycle d’évolution.

Mais, si cette étape n’est pas franchie avec succès le cycle va se répéter, il faudra recommencer.

Au niveau spirituel, chacun des trois arcanes propose un but, une direction qui s’inscrit sur la voie de l’émancipation de l’être profond ou, pour le dire autrement, du Soi, d’un Moi intègre et conscient.

L’arcane LE CHARIOT exprime la première étape à franchir pour les humains cherchant à élever leurs esprits. Cette étape signale un développement de l’intellect, des capacités mentales.

Grâce à la force mentale, l’humain apprend à dompter la part animale de sa personne (LA FORCE).

Il doit défier la bête… (LE DIABLE).

En regardant l’image de l’arcane LE CHARIOT, on peut voir un personnage princier qui n’apparaît que jusqu’à hauteur du bassin, ses jambes étant dissimulées par la face de l’engin.

Les chevaux se trouvent à hauteur des pieds du prince, ce qui peut symboliser un prolongement de lui-même.

Les chevaux représentent les élans pulsionnels. Les corps des chevaux se fondent également dans le char, comme si le char, les chevaux et les jambes du prince ne faisaient qu’un avec le personnage, comme s’ils ne constituaient qu’une seule et même entité.

La première étape à franchir pour devenir un être humain pensant (par soi-même) et responsable de ses actes consiste à développer les capacités cognitives ainsi que la volonté d’évoluer, en apprenant à maîtriser les émotions et pulsions provenant de notre part animale.

Pour parvenir à se maîtriser, il est nécessaire de comprendre comment on fonctionne et pour quelles raisons on réagit de telle manière ; bref, il faut apprendre à se connaître.

Étudions maintenant la seconde étape du développement de l’intelligence, étape marquée par LA FORCE, qui use de volonté et d’une détermination inébranlable…

Cet arcane suggère d’aller puiser en vous des forces insoupçonnées et d’apprendre à les dompter, à les maîtriser, à s’en faire des alliées…

Cela permet de franchir la troisième étape signifiée par l’arcane LE DIABLE ; et c’est alors le temps de livrer combat avec l’animalité, voire, l’animosité, qui nous habite.

C’est le moment de savoir s’il vaut mieux répondre à nos pulsions ou à la sagesse…

L’épreuve par LE DIABLE (l’orgueil) peut conduire à détruire LA MAISON-DIEU qu’on porte en soi, c’est à dire nos croyances, notre éducation, les influences extérieures, tout ce que la vie nous a donné à vivre !

Le diable, on l’a vu est l’orgueil qui menace toujours celui qui s’élève et lorsqu’on s’obstine à ne pas vouloir voir, c’est la vie, qui nous impose une leçon avec LA MAISON-DIEU.

 

Arrive l’étape cruciale, indiqué par LA MAISON DIEU .

La flamme est énorme !

Elle vient du ciel, elle est le feu divin, l’instrument de la destinée, l’intervention de l’esprit qui montre à l’homme, ses erreurs.

C’est aussi l’irruption de l’esprit dans une vie d’homme, lui révélant brusquement soit par une épreuve, soit par une révélation gratuite que l’essentiel de la vie est ailleurs que dans le monde transitoire.

Il est à remarquer le lien entre les arcanes LE CHARIOT et LA MAISON-DIEU.

En effet, dans LE CHARIOT les pulsions et émotions sont symbolisées par des chevaux (représentant des élans sauvages et imprévisibles), alors que dans LA MAISON-DIEU les pulsions et émotions sont symbolisées par deux personnages, ce qui signifie que les élans ont été domestiqués, anoblis.

La tour, à la fois corps et mental, s’ouvre au Maître (la flamme céleste).

Cette image semble symboliser une illumination, une révélation (imagées par la flamme céleste) provoqué par un effondrement.

Les deux personnages de la Maison Dieu ont la tête près du sol et les pieds vers le ciel, position similaire au personnage de l’arcane LE PENDU, signifiant que l’écroulement de la tour constituera une sorte d’épreuve, pour soi et sans doute pour notre entourage.

Sur le sol, les cailloux peuvent symboliser la pierre de la Connaissance, de la sagesse, et la pierre de folie.

Folie et sagesse sont les deux versants d’une même montagne.

MAISON-DIEUUne tour permet également de se protéger.

Les tours sont conçues pour que des gardes puissent guetter une possible intrusion d’ennemis.

Sur le plan psychologique, cela représente les protections que nous mettons en place pour nous éviter de souffrir.

Les briques de la tour peuvent représenter nos savoirs et expériences.

Le tout représenterait un moyen de défense.

La construction d’une tour symbolise de la sorte des capacités mentales importantes.

Toutefois, toutes ces acquisitions intellectuelles finissent par enfermer l’individu, en l’isolant du monde interactif.

L’individu érudit tente de s’élever spirituellement, mais sa démarche reste artificielle, car trop mentalisée.

Son ego reste puissant, d’où la flamme brisant le sommet de la tour.

Durant nos vies, il y a un temps pour apprendre et emmagasiner des connaissances et, ensuite, il y a un temps où il faut faire le vide, désapprendre en quelque sorte, pour pouvoir retrouver la spontanéité et la légèreté d’être dans l’ici et le maintenant.

L’étape représentée par cet arcane exprime un résultat de l’ordre de la révélation ou d’une sorte de prise de conscience soudaine et bouleversante.

Cet arcane résultat nous apprend que le second seuil à passer pour le développement de l’être profond consiste à s’être purifié des sentiments et émotions noires, morbides.

Dans le film « La Guerre des Étoiles », Dark Vador choisit de servir la force obscure car son cœur est plein de colère (notamment à cause de la mort de sa mère).

Notre cœur doit être pur, dénué de sentiment de vengeance ou de haine, de rancœur, ou encore d’intérêts égoïstes, etc.

Nous devons réapprendre à jouer tels des enfants innocents.

En purifiant notre cœur, nous développons notre pouvoir personnel et notre capacité d’agir de façon créative et inspirée, ce qui occasionne des répercussions sur le déroulement des évènements (la création émerge de la destruction des phénomènes antérieurs).

Cet arcane exprime également l’union avec le Divin, c’est-à-dire avec les lois et forces cosmiques ainsi qu’avec la part divine que chacun possède en soi.

Le second cycle d’évolution que l’humain a traversé lui procure le pouvoir du mental qui contrôle les élans du corps. Tout au long du processus, l’individu s’est évertué à purifier son âme.

Chaque étape est douloureuse…

La vie est une souffrance précisément parce qu’elle est une ascension. Souffrir est pour l’esprit la forme la plus visible du travail.

Cette chute amène donc un élément très positif et on rejoint l’idée d’une explosion de joie qui découle de la maîtrise de l’épreuve vécue et de la réanimation par l’esprit Divin…

Le pouvoir de la MAISON-DIEU aide à la révélation, permet d’ouvrir son mental, révèle une autre vision des choses ou des êtres, donne accès à de nouveaux idéaux.

Au stade de la MAISON-DIEU, l’humain est intelligent et sensible.

Il devient réceptif aux énergies et volontés supérieures.

Cet élargissement de la conscience lui procure la foi, la force ainsi qu’un sentiment de joie profonde.

Ses certitudes s’écroulent et ses habitudes de vie se transforment.

L’individu débute un nouveau cycle d’évolution…

 

EN CONCLUSION :

 

L’homme est sur terre pour grandir et évoluer, sa pensée doit rester libre et non dogmatique.

Ce que nous avons acquis doit être largement distribué, c’est-à-dire transmis aux autres et nous-mêmes devons également recevoir, être enseignés par d’autres.

C’est le rôle de tout initié et de tout individu capable d’amour.