L’arcane de la Mort école de Voyance Pierre Horn cours de tarot suite

Le grimoire des sortilège et rituel initiation magie wicca

OPTIQUE « INITIATIQUE »

Mort

L’absence de dénomination ainsi que les image et nombre de l’arcane majeur XIII sont terrifiants. Cet arcane sans nom est un indépendant, ne pouvant être rattaché à aucune des familles d’arcanes. Il signale l’inéluctable.

 

L’arcane majeur XIII du Tarot est le seul à ne pas être nommé, ce qui paraît inconcevable, surtout à notre époque. Ne pas pouvoir nommer les objets de son environnement plonge dans l’incertitude et l’anxiété générées par l’inconnu. Face à ce vide verbal, l’humain n’a pas de repère. Il perd tout contrôle de la situation, ce qui engendre un sentiment d’insécurité. Il est si difficile pour les humains de se retrouver face à un objet – un personnage ou une situation ou autre – sans pouvoir le nommer que certains tarologues appellent cet arcane “la Mort”.

Mort

À mon avis, c’est une aberration. Cet arcane n’a pas de dénomination et ce fait a sûrement son importance. L’espace prévu pour inscrire le nom des arcanes n’existe pas sur XIII, ou alors il est recouvert par l’image qui est une représentation de la grande faucheuse soit, de la mort.

 

Durant nos existences, nous sommes confrontés quotidiennement à la séparation et à la perte d’une amitié, d’un objet, d’une habitude, de la jeunesse, d’un vêtement, etc…

 

C’est dans ce sens qu’il s’agit d’appréhender cet arcane : la séparation affective, se défaire de quelque chose, sacrifier quelque chose de notre mode de fonctionnement pour pouvoir rebondir sur un autre et nouveau mode relationnel.

Il n’est nullement question de mort physique, comme pourrait le faire croire de prime abord l’image de XIII, c’est pourquoi il me paraît insensé de nommer cet arcane ainsi.

De mon côté, je nomme cet arcane en précisant qu’il est “sans nom”, ou alors je le nomme par son nombre, l’arcane XIII.

 

Le nombre de l’arcane, 13, relie au principe du nombre 4 (13 = 1+3 = 4), qui est symbole de stabilité sur le plan matériel. Ce nombre, 4, définit un espace, avec les 4 piliers du monde, les 4 pôles terrestres, etc. 4 est le nombre de l’arcane majeur l’Empereur qui veille sur son empire, sur ses biens. Au contraire de 4, 13 est symbole du travail de détachement et de deuil.

 
En numérologie, 13 signale un recommencement, avec l’idée de refaire ou reproduire quelque chose. Ce nombre est considéré par certains comme étant de mauvaise augure ou, par d’autres, comme étant sublime et puissant.
 
Sur le plan spirituel, cet arcane exprime une activité motivée par un élan irrationnel ou incontrôlé, puisque cet arcane n’a pas de dénomination. L’image, la plus grande des 22 arcanes majeurs, couvre le bas de l’arcane où devrait se situer l’espace hébergeant le nom. Ce qui signale une activité émotionnelle importante, voire débordante, exacerbée et incontrôlée.
 
Le travail exprimé par cet arcane se situe au niveau du sentiment. Le nombre 13 confirme que c’est sur le plan émotionnel et sensible qu’agit cet arcane.
 
En effet, les arcanes 8 à 14 reflètent le monde sensible, les aspects subtils et parfois irrationnels émanant du sentiment enraciné dans l’inconscient. Le noir est la couleur de l’inconscient.
 
Ce qui signifie que quelque chose agit de notre inconscient et nous pousse à nous séparer du vain, à avancer vers notre désir essentiel, vers l’indépendance de la pensée et des actions.
 
L’arcane XIII exprime la nécessité d’épurer son sentiment. Il s’agit de se nettoyer, d’exorciser en quelque sorte, tous les fragments de haine, de colère, de rancœur, de désir de vengeance, de jalousie, d’envie, etc., tout ce qui alimente les idées noires ou obsessionnelles. Tous ces fragments émanant de nos blessures sensibles sont à soigner et à purifier, afin de retrouver l’innocence du sentiment bienveillant et joyeux.

 

Cet arcane exprime soit une séparation lucide d’un objet d’attachement aliénant, soit un recommencement du cercle vicieux des répétitions. Afin de rompre avec ce cercle vicieux, il s’agit de se défaire des croyances limitantes ou qui desservent, comme des modèles de référence morale et idéologique, des idéaux, etc…

 

En effet, l’arcane XIII signale un besoin de faire le point sur le nécessaire et le superflu, afin de se défaire de l’inutile, afin de se sentir plus léger, afin d’y voir plus clair, afin de se sentir plus libre de l’influence de l’environnement. Il est bien question d’une mort (symbolique) : la mort de l’ego. Détrôner l’ego permet de laisser exister l’être profond dont la nature est divine (cf : LE JUGEMENT).

 

MortLe personnage décharné montre que son ego est mis à mal et on voit clairement le traitement qu’il inflige à ce qui pourrait flatter ou enflammer son ego. Le personnage est nu et sans muscle, il détruit toute tentation vicieuse, il s’attaque aux illusions et apparences.

 

Pour devenir un individu intelligent, il vaut mieux cesser de se soumettre à une autre volonté humaine et d’avancer sans but, c’est-à-dire qu’il s’agit de donner du sens à son existence, ce qui est un travail de spiritualisation. Il s’agit également de se défaire des idées préconçues, des préjugés et aprioris.

 

Il est important d’entreprendre une évaluation de ses croyances afin d’en concevoir des nouvelles, plus adaptées à notre existence actuelle ainsi qu’à notre éthique propre.

 

 

Mon interprétation de l’arcane XIII : l’humain a tendance à se conforter dans ce qu’il croit savoir et contrôler. La nouveauté l’effraie car elle le déstabilise et lui fait craindre une perte de pouvoir.

 

L’humain, généralement, délimite un espace, un territoire, et s’approprie des objets s’y trouvant, ce qui lui procure un sentiment de jouissance égotiste. Seulement, les attaches affectives finissent par l’amoindrir, par provoquer des sentiments d’insatisfactions, de lassitude, d’ennui, ou alors ces attaches engendrent une spirale inassouvissable de désirs. Et l’humain se retrouve pris dans un cercle vicieux de plaisirs immédiats et de déceptions. Il se retrouve dépendant de ses possessions. L’arcane XIII invite à se dégager du superflu en entreprenant une destruction du vain, pour pouvoir se focaliser sur l’essentiel, pour pouvoir « sauver » son âme.

 

En conclusion, avec cet arcane soit un travail d’épuration s’exerce dans l’instant présent et on passe à autre chose, à un nouveau cycle évolutif, soit ce travail ne s’opère pas et on recommence à reproduire les mêmes erreurs, les mêmes souffrances, en évoluant dans notre propre enfer durant un autre cycle.